Les boîtes

CMJN de base
Au cours de la Seconde Guerre mondiale, une famille hongroise reçoit le commandant de leur fils resté au front. Dans l’espoir d’améliorer le quotidien de leur Gyula, les époux Tot vont déployer une énergie considérable et surtout céder aux caprices du commandant fantasque.
Tout s’organise assez vite autour des insomnies. Le jour devient la nuit. On fabrique des boîtes jusqu’à l’aube. A des kilomètres du front, la maison des Tot devient un immense champ de bataille où les situations cocasses et absurdes s’enchaînent et nous plongent avec humour dans la complexité humaine.
Istvàn Örkény pointe du doigt notre relation au pouvoir, nos capacités à faire des concessions, nos travers et nos contradictions.
Une fable intemporelle prônant la liberté.

Parce que « Les Boîtes » nous parlent de l’humain pris au piège de la douleur de l’espoir, un immense champ de recherche s’offre en théâtre sur ce point de contradiction, sur ce que les personnages sont au départ, sur ce qu’ils vont peu à peu devenir, sur toutes les concessions qu’ils vont être prêts à faire, sur cette part d’identité qu’ils vont peu à peu mettre en péril.
Un commandant arrive et, c’est sûr, on ne peut qu’y croire : la vie du fils, resté au front, sera plus simple et surtout qu’il en sortira. L’image du pouvoir rassure, apporte un souffle d’espoir et de vie. Mais loin du front, c’est un autre combat qui va avoir lieu.

bandeau-photoboites

Auteur : Itsvàn Örkény
Mise en scène et adaptation : Isabelle CLOAREC
Avec : Dominique RENCKEL, Catherine JAVALOYÈS, Jean-François LEGONIN, Philippe COUSIN
Lumières : Xavier MARTAYAN
Scénographie : Antonin BOUVRET
Costumes : Carole BIRLING
Musique : Olivier FUCHS

Avec le soutien de :
La ville de Strasbourg
La DRAC Alsace
La Spedidam
La ville de Schiltigheim
La ville d’Ostwald
La ville de Vendenheim

Représentations – saison 11/12 et 12/13 :
Le point d’Eau / Ostwlad
Le Cheval Blanc / Schiltigheim
Le centre culturel de Vendenheim
TAPS / Strasbourg

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Publicités